L’illustration, c’est la main qui parle ; le dessin, la main qui pense

Je n’aurais pas du me laisser déborder en 2016 et omettre de poster ici ce sur quoi j’ai travaillé – entre autre, et qui n’avait pas sa place sur le site du bu:ro

C’est un post exclusivement orienté illustration, avec quelques exemples de productions de 2016 : une liste non exhaustive, mais idéalement représentative de ce pan de mon travail. Il peut s’agir de séries auxquelles vous aurez accès ici.

Le titre de ce post fait dans une certaine mesure efficacement office de manifeste au sujet de ce qu’est être un producteur de visuel – et je ne dit pas image, à dessein. Je peins, je dessine, j’illustre, je travaille dans la communication… Ce sont autant de pratiques dont je me plais à croire qu’elles ne s’annulent pas les unes les autres, mais s’alimentent.

J’ai récemment rencontré quelqu’un qui doutait de cette approche en la suspectant de schizophrénie – je ne l’imagine comme telle, mais plutôt comme les aspects d’une multipotentialité et que je revendique comme telle.  À l’occasion, je reviendrai dessus…

À noter que l’on peut se procurer certaines des réalisations ci-dessous ici !

 

Ohne Titel 2, digital colours
Ohne Titel 2, digital colours
Ohne Titel 4, digital colours
Ohne Titel 4, digital colours
Ohne Titel 6, digital colours
Ohne Titel 6, digital colours
Batmanito, digital colours
Batmanito, digital colours
Rolando Bloom, digital colours
Rolando Bloom, digital colours
Guru, digital colours
Guru, digital colours
Illustration for JG Ballard's Crash - Digital painting
Illustration for JG Ballard’s Crash – Digital painting
Illustration for JG Ballard's Crash - Digital painting Twisted Cupido's Version.
Illustration for JG Ballard’s Crash, Twisted Cupido’s Version – Digital painting
Paris - ink on paper 80x120cm
Paris – ink on paper 80x120cm
BALLARD-CRASH-CUPIDO-frame
Illustration for JG Ballard’s Crash – Twisted Cupido’s Version. 26×37,5cm, 2016. Frame not included. Ink on paper
Créer un espace et y introduire du vide #1
Créer un espace et y introduire du vide #1
Digital printing on 190g artistic paper – Signed and numbered (/3) on the back, 21×29,7cm.
SELFPORTRAIT-WITH-NASAL-SEPTUM-DEVIATION-frame
Selfportrait with nasal septum deviation
Ink on paper. 28,7×42, 2016.
D.R.A.W. Revolves Around a Will #2
D.R.A.W. Revolves Around a Will #2
D.R.A.W. Revolves Around a Will #1
D.R.A.W. Revolves Around a Will #1
D.R.A.W. Revolves Around a Will #4
Risograph on Munken 300g/m2. – Signed and numbered (/30), 30x42cm. What’s D.R.A.W. ? D.R.A.W. Revolves Around a Will !

Vœux 2017

Dites-le avec les mains !

Vœux 2017 - Fig. A (Hands), ink on paper
Vœux 2017 – Fig. A (Hands), ink on paper
Vœux 2017 - Fig. B (Hands), ink on paper
Vœux 2017 – Fig. B (Hands), ink on paper
Vœux 2017 - Fig. C (Hands), ink on paper
Vœux 2017 – Fig. C (Hands), ink on paper
Vœux 2017 - Fig. D (Hands), ink on paper
Vœux 2017 – Fig. D (Hands), ink on paper
Vœux 2017, Figures (Hands), ink on paper
Vœux 2017, Figures (Hands), ink on paper

Le Caravage, Michael Borremans & Francis Alÿs…

Ces vacances ont été plus que belles. Londres, Vienne et Prague. Car non content d’y trouver le bonheur d’y flâner, j’y ai aussi trouvé celui des yeux et de la pensée, par la peinture et la démarche créative des trois sus-nommés, au travers de leur rétrospective, catalogue et exposition respectives.

Londres, tout d’abord, et le bel accrochage du Caravage et de ses suiveurs. Évidemment dans une pièce, ses œuvres la baigne d’une incroyable et lumineuse obscurité. C’est juste magnifique d’émotion quand on se retrouve confronté à une telle grâce qui a traversé les siècles…

Exposition Beyond Caravaggio
Exposition Beyond Caravaggio

Londres, toujours, et ce catalogue As Sweet as it Gets que je convoitais depuis des années. La peinture de Michael Borremans me fascine, ce surréalisme discret, une facture précise et pourtant tellement peinte ; un sens de la composition, une palette maîtrisée – non sans rappeler Velasquez. Bref, lourd dans la valise et imposant sur une table de chevet, mais indispensable…

Michael Borremans : As Sweet as it Gets
Michael Borremans : As Sweet as it Gets

Et puis Vienne. Une des plus belles expositions vues récemment ; celle de Francis Alÿs au Pavillon de la Sécession. Une pratique discrète, avec sa série Le temps du sommeil, développée depuis les années 90 et qui coure encore aujourd’hui – performeur, promeneur, il pose son regard sur le monde et le traduit avec une approche mi-politique, mi-poétique par la vidéo, le dessin, la peinture, et les mots qui vont avec. Ce travail du temps du sommeil, précisément, me semble être le journal de la progression de sa pensée, et c’est captivant de voir se dérouler sous nos yeux cette progression proprement linéaire.

Francis Alys Le Temps du Sommeil, Détail
Francis Alys Le Temps du Sommeil, Détail
Francis Alÿs, Le temps du sommeil - Détail de l'exposition
Francis Alÿs, Le temps du sommeil – Détail de l’exposition
Francis Alÿs, Le temps du sommeil - Vue de l'exposition
Francis Alÿs, Le temps du sommeil – Vue de l’exposition